The next International Organ Academy of Poitiers

will take place from August 26 to 30, 2019

-

La prochaine Académie d'Orgue de Poitiers
aura lieu du 26 au 30 août 2019

More informations on the Website :
Plus d'informations sur le site :
https://www.orguesapoitiers.org
-
Contact:

stage.poitiers@yahoo.fr


L'académie se déroule sur six orgues situés au coeur de Poitiers.

Les instruments utilisés pendant les cours sont:

1/ L'orgue François-Henri Clicquot de la cathédrale Saint-Pierre

Parvenu jusqu’à nous malgré les aléas du temps, le grand orgue Clicquot de la cathédrale de Poitiers est devenu un instrument célèbre dans le monde entier pour la beauté de ses timbres et la qualité de sa facture. Il est la référence la plus importante en ce qui concerne les orgues historiques de la période classique française.

Sorti intact de la période révolutionnaire, les détériorations dues à l'usage, à l'accumulation de la poussière imposaient son relevage. En 1813, Pierre-François Dallery, compagnon et filleul de François-Henri Clicquot, fut chargé d'effectuer un relevage. Il procéda aussi à une remise en état de la soufflerie. En 1821, Dallery revient et exécute un relevage plus important. Il profite de l'occasion pour déplacer la 2e trompette d'une octave qui devient une bombarde de 16' (tuyaux neufs sur une octave). En 1835, le facteur Henry effectue un relevage. Il revoit la soufflerie et quelques jeux d'anches. En 1838, lors de travaux du démontage de la rosace, l'orgue fut exposé, sans défence aux intempéries et aux oiseaux. La robustesse de l'orgue et le soin apporté au choix des matériaux et à la construction lui permirent de résister.

En 1871, Joseph Merklin replace neuf soufflets cunéiformes par deux réservoirs à plis parallèles alimentés par des pompes à bras. Il remplace le banc et le pédalier à la française par un pédalier à l'allemande. Faute d'argent, l'instrument put échapper aux transformations que se proposait de réaliser Aristide Cavaillé-Coll pour en faire un instrument symphonique. Le manque de moyens a donc permis de conserver l'orgue tel qu'il a été conçu.

La soufflerie est électrifiée en 1926 et, à partir de 1927, le facteur Robert Boisseau, assisté par la suite de aon fils Jean-Loup, assure l'entretien de l'instrument. En 1954, il adapte un pédalier moderne. En 1967, il procède à un réglage de la mécanique. En 1969, il dépoussière la tuyauterie des jeux d'anches. En 1976, il remet, dans sa position d'origine, la deuxième trompette déplacée en 1821. Ces travaux permettent à la batterie d'anches de retrouver son éclat et son équilibre de 1790.

De 1988 à 1994, un grand relevage est réalisé par Jean-Loup Boisseau et Bertrand Cattiaux.




2/ L'orgue Boisseau-Cattiaux de l'église Sainte Radegonde


Une reconstruction attendue
En août 1987, l'Association pour la Renaissance de l'Orgue de Sainte-Radegonde était officiellement déclarée et, sous la présidence de Maître Jean-Pierre Gilbert, reprenait l'élaboration du projet. De nombreux adhérents soutinrent ses démarches et enfin, en 1991, arriva le temps de la reconstruction de l'orgue de leur église. Le chantier était prévu dans le cadre de la rénovation des orgues de la ville par la municipalité.

Un orgue neuf, à quelques exceptions...
Le marché fut attribué à l'entreprise Boisseau-Cattiaux de Béthines. Cette grande entreprise française, spécialiste de restaurations historiques (Notre-Dame de Paris, Clicquot de la Cathédrale de Poitiers, Saint-Sernin de Toulouse, Chapelle Royale de Versailles…) a eu ici l'occasion de construire un grand orgue entièrement neuf, à l'exception de la boiserie du grand buffet consolidé, nettoyé et redoré, d'un certain nombre de tuyaux et de réservoirs qui ont servi au Clicquot de la Cathédrale pendant plus de 100 ans.
L’entreprise Boisseau-Cattiaux a été aidée dans cette tâche par les ateliers :
de Philippe Emériau d’Angers pour la mécanique,
de Jean-Paul Villechange de Guesnes qui a fabriqué les tuyaux de métal
et par Joël Petrique, qui a conçu et installé le combinateur.

L'orgue comprend 56 jeux répartis sur 4 claviers manuels et un pédalier de 32 notes, avec toutes les ressources techniques et sonores nécessaires à l'interprétation de l'ensemble du répertoire.
Soulignons ici la présence d’un grand Récit romantique, souhaité pour jouer Franck, Vierne, Widor et autres symphonistes.
Le buffet du Positif est entièrement nouveau, boiserie comprise.
Un clavier important de Résonance sera souvent appelé en renfort de la Pédale.
Le nombre élevé de jeux dans cet orgue a nécessité la mise en place de tirages de jeux électriques et un combinateur électronique autorise l’exécution de pièces de virtuosité dont la complexité de la registration constitue une redoutable difficulté supplémentaire pour l’interprète.
De même, la Machine Barker procurera une assistance efficace lors de l'accouplement des claviers sur le Grand Orgue.

 



3/ L'orgue Yves Sévère de l'église Notre-Dame la Grande

L’orgue commandé à Yves Sévère en 1989, a été installé et inauguré en 1996.
C’est grâce au soutien indéfectible du Père Robert Morin, curé de la paroisse et à la ténacité des organistes que le projet a pu aboutir. Yves Sévère est décédé en juillet 2004. L’orgue de Notre-dame la Grande est son dernier orgue neuf, son chef-d’oeuvre.

La composition de l'instrument a été conçue par Y. Sévère et les organistes sous le contrôle de J.P. Decavèle technicien-conseil du ministère. Pierre Chéron a établi les diapasons des tuyaux et la composition des plein-jeux, Jean Pierre Conan a assuré l’harmonisation. Alain Léon entretient l’orgue depuis 1998, il a effectué un relevage en 2007.

Les grandes lignes de cette composition sont celles d'un orgue polyphonique, muni de quatre plenum, un à chaque clavier manuel et un au pédalier. Les principaux, les flûtes, le cornet et la Sesquialtera comme les jeux d’anches permettent de multiples mélanges pour faire chanter un choral ou concerter une sonate.

L’instrument d’Yves Sévère est l’aboutissement de ce qu’il a passé toute sa vie à chercher. La disposition résolument contemporaine permet un rapport de mouvements à l'édifice, tout en tenant compte des impératifs des transmissions et des plans sonores. La charpente métallique assure la cohésion de l’ensemble. Les larges plates faces en flûte de pan (la forme primitive de l'orgue) sont munies de plafonds incurvés, véritables réflecteurs sonores élancés, qui renvoient le regard vers l’architecture.
L’alimentation en vent, sans réservoirs, munie de régulateurs sous les sommiers, est totalement repensée. Elle permet à l’orgue de respirer largement.
Le système de doubles soupapes donne au toucher douceur et précision quel que soit le nombre de claviers ou de jeux utilisés.

Ici, tout est au service de l’organiste et de l’expression musicale. L'orgue de Notre-Dame la Grande jaillit dans l'édifice, bateau à voiles dans la nef ou oiseau aux ailes déployées, qui souffle l'esprit de la musique.

Monique Bécheras et Dominique Ferran

Pour plus d'informations cliquez ici



Les instruments de répétition utililisés par les stagiaires sont, en plus des trois instruments ci-dessus:
Les orgues de l'église Saint-Jean de Montierneuf, Saint-Porchaire, Saint-Hilaire et l'orgue d'étude du Conservatoire à Rayonnement Régional.




Le grand orgue de Saint-Hilaire (Wenner, 30/III):





L'orgue Merklin de l'église Saint-Jean de Montierneuf (Merlin, 16/II):




Les enseignants:

Dominique Ferran

Dominique Ferran est né à Paris. Il passe son enfance à New-York. Il fait ses études
d’orgue à Bordeaux avec Marcel Carme, puis au conservatoire de Toulouse dans la classe de Xavier Darasse. Il s’installe à Poitiers où il obtient une icence d’Histoire de l’Art puis une Maîtrise de Musicologie. Il y rencontre Antoine Geoffroy Dechaume. Claveciniste il approfondit ses connaissances avec Ton Koopman et Kenneth Gilbert puis avec Jesper Christensen pour la basse continue au CNSM de Lyon.


Titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du clavecin, Dominique Ferran est professeur de clavecin, d’orgue et de musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional et organiste titulaire de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers.
Il enseigne dans le cadre de la licence (DNSPM) et du CEFEDEM au CESMD de Poitiers.

Président les « amis des orgues de Notre-Dame et de Montierneuf », il anime depuis 1996 la saison culturelle organistique de Poitiers autour de ces deux instruments.
En 2007, il figure dans « le Livre des Héros de la Vienne ».

A la demande de l’IPMC (Institut de Pédagogie Musicale de La Vilette) il réalise en 1991, avec F.H. Houbart et A. Isoir, le catalogue pédagogique de musique d’orgue « 10 ans avec l’Orgue ».

Dominique Ferran accomplit une carrière de soliste et de claveciniste et d’organiste à travers l’Europe : Rome (Villa Médicis), Festival Estival de Paris, Saintes, Ambronnay, La Chaise-Dieu, Sablé sur Sarthe, Sully, Lourdes, Sarrebourg, Lanvellec, Corse, Uzès, Vieux Lyon, Festival de Wallonie et des Flandres, Coburg, Festival de Marburg, Festival d’Utrecht, Festival de Santander... Dominique Ferran joue au festival de la Roque d’Anthéron et aux « Folles Journées » de Nantes et de Lisbonne.

Il est associé aux « Chemins du Baroque » de l’éditeur K.617. Il enregistre et joue en Argentine, au Mexique et au Festival d’Orgue de Montevideo. Il se produit en Turquie, en Israël, en Slovaquie, au Canada, au Portugal, au Danemark.

Dominique Ferran a crée des oeuvres contemporaine pour orgue ou clavecin de Bosseur, Etienne, Fulminet, Garcin, Laureau, Godard, Sprogis, Lancino, Le Meur...

Il se produit avec les ensembles « A Sei Voci », « Stradivaria », « Ventosum », « Jachet de Mantoue », « Affetti Musicali », « Jacques Moderne », « William Byrd » , « Ensemble Vocal de Nantes », « Ensemble Baroque de Nice » avec l’Orchestre Poitou-Charente et l’Orchestre Bayonne-Côte-Basque.

Il a participé à plus de 30 CD, dont 12 en soliste. Ses enregistrements ont été accueillis très favorablement par le public et la critique


Olivier Houette

Organiste et claveciniste, Olivier Houette est titulaire du grand orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers depuis 2000. Il a précédemment occupé les postes de titulaire des grandes orgues des églises Saint-François-Xavier et Notre-Dame des Blancs-Manteaux à Paris.

Au terme de ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il obtient les prix d’orgue, de clavecin, de basse continue, de polyphonie Renaissance, d'harmonie, de contrepoint et de fugue. Il est licencié en musicologie à la Sorbonne. L’ensemble de cette formation lui a permis de suivre l’enseignement d’artistes de premier plan comme Olivier Latry, Michel Bouvard, Olivier Trachier, Thierry Escaich ou encore Olivier Baumont.

Titulaire du Certificat d'Aptitude d'orgue, il est professeur de didactique de l’orgue au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP, département de pédagogie), professeur d’orgue, de basse continue et de musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers (CRR), et professeur au Centre d’Etudes Supérieures de Musique et de Danse de Poitou-Charentes (CESMD). Il enseigne l'orgue dans divers stages et académies, notamment à l’académie internationale d’orgue de Poitiers et à l’académie de Chavagnes-en-Paillers.

Il se produit lors de concerts qui l’ont amené à jouer dans des lieux tels que Notre-Dame de Paris, Saint-Bénigne de Dijon, Saint-Bertrand de Comminges, Lanvellec, La Roque d’Anthéron, Séville, Miami, Nashville, Bonn, Minden, Fort Worth, Varsovie… Continuiste de la Simphonie du Marais pendant plus de dix années, il se produit régulièrement avec des ensembles ou des chœurs tels que le chœur de chambre Accentus, le chœur de Notre-Dame de Versailles ou la maîtrise de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il a participé à de nombreux enregistrements discographiques. dsdsdsds


Jean-Baptiste Robin

Jean-Baptiste Robin (né en 1976) est l'un des compositeurs et organistes français les plus réputés de sa génération.
Il se produit en récital soliste dans de nombreux pays d’Europe, au Japon, en Corée du sud, en Russie, en Israël au Canada et dans une vingtaine d'états en Amérique du nord (à Los Angeles, Washington, San Francisco, Seattle, Atlanta, Kansas City, Nashville, Salt Lake City, St. Paul/Minneapolis, etc.).
Il a été invité à jouer sur des scènes internationales comme Woolsey Hall à New Haven, le Cincinnati Museum Center at Union terminal, le théâtre Mariinsky de St. Petersbourg, le Sejong Cultural Center de Séoul et Musashino Recital Hall à Tokyo.
En Europe il joue en récital aux festivals Toulouse les orgues, Comminges, Roquevaire, Masevaux, Auvers-sur-Oise, Saintes, Saint-Riquier, Monaco, Haarlem, Porto, Madrid, Montserrat, Bonn, Bad-Homburg, festival Silbermann de Freiberg, festival Mendelssohn de Coblence, Dresden, Potsdam-Sans Souci, Genève, Timisoara, etc.
Il se produit également en concert avec des artistes tels que Richard Galliano, Romain Leleu, David Guerrier ou l'orchestre de la NHK.
Professeur réputé, il a été Distinguished Artist in residence à l'université de Yale, il a été invité à donner des Master classes pour l’American Guild of Organist dans une dizaine de grandes villes aux USA, à l’Académie Internationale de Haarlem (ND), la Korean Association of Organists, l’Académie Musicale de la Chaise-Dieu, l'abbaye de Royaumont et chaque année à l'Académie de Poitiers.
Sa discographie comprend l’œuvre d'orgue intégrale de Jehan Alain, Felix Mendelssohn, Louis Marchand et François Couperin, ainsi que plusieurs récitals et enregistrements de ses compositions. Elle a été saluée par la presse et a notamment reçue un « Diapason d’Or de l’année », un « Choc » du Monde de la Musique, un Recommandé par Classica et Répertoire ainsi que le « Coup de cœur » de l'Académie Charles Cros. Son disque monographique pour orgue a été sélectionné au Grand Prix Lycéen des compositeurs.

Auteur d'une quarantaine d'œuvres, allant de l'instrument soliste au grand orchestre symphonique, Jean-Baptiste Robin est lauréat de la Fondation Lagardère, de l'Académie des Beaux-Arts, de la Fondation Groupe Banque Populaire et du prix George Enesco de la SACEM.
Ses œuvres ont été exécutées par l'Orchestre National de France, le Philharmonia Orchestra, l'Ensemble intercontemporain, l'Orchestre Colonne, l'Orchestre d'Auvergne, l'Orchestre de Basse-Normandie, la Maîtrise de Notre-Dame de Paris et par des interprètes tels que Pierre Boulez, Laurent Petitgirard, Xavier Philipps, François Salque, Romain Leleu, Vincent Warnier ou François Espinasse.

Jean-Baptiste ROBIN a obtenu cinq premier prix premier nommé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et s’est perfectionné dans la classe de composition de George Benjamin au King’s College of Music de Londres.
Il a étudié avec Jean-François Zygel, Marc-André Dalbavie, Olivier Latry, Michel Bouvard, Marie-Claire Alain (CRR de Paris) et Louis Robilliard (CRR de Lyon).

Titulaire du grand orgue historique François-Henri Clicquot de la cathédrale de Poitiers de 2000 à 2010, il est par la suite nommé organiste "par quartier" de la Chapelle Royale du château de Versailles.
Jean-Baptiste ROBIN a enseigné l'écriture au CRR de Nantes et l'orchestration au CNSM de Paris. il enseigne actuellement l’écriture et l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles.

Copyright © www.academiedorguedepoitiers.com. All rights reserved.